L'homme-canette

L’apparition d’homme-cannette, seul ou plusieurs, fait événement.

D’abord on l’entend.

Puis cette forme étrange fait d’une matière et de marques connues qui s’avance vers nous est inquiétante.

Comment s’y accrocher, la repousser si elle s’avance ?

Et son bruit est assourdissant.

Mais son esthétique touche : parfois ces hommes cannettes indestructibles (car déjà détruit) s’arrêtent, avec une respiration visible, fatigués.

Entre force et fragilité, ces êtres nés de détritus, de ce que laisse la société de consommation pose question. Provoquant toutes sortes de sentiments d’animosité, d’amicalité, leur seule apparition interroge. On peut facilement les rapprocher des sociétés de masques que l’on trouve partout dans le monde.

Moi je les rapproche de ce que je connais : les N’kisi, communément appelés « fétiches à clous ». Les N’kisi tirent leur force de chaque morceaux de fer ajouté à sa structure. Ils jouent le rôle de police, qui contrôlent les injustices et protègent la société. La plupart de ces statuettes sont aujourd’hui dans les musées occidentaux : prendre ces forces et les installer derrière des vitrines est également une façon de montrer la suprématie occidentale sur le continent africain. Ainsi, ré introduire la logique de ces objets force à travers homme cannette est une façon de s’ancrer dans cette histoire.

Ce néo-animisme sur la voie publique de nos villes pourrait être un mode privilégié de négociation avec les figures du désordre. Chaque intervention urbaine des hommes canettes traite avec les puissances qui gouvernent les sociétés humaines contemporaines.

Les hommes canettes par l’aspect formel de leur costume déjouent les séparations entre des mondes habituellement dissociés : le masculin et le féminin, le monde des vivants et celui des morts, celui des emballages des déchets et celui des hommes.

Les hommes canettes sont anachroniques et intemporels. Ils voudraient pouvoir guérir leurs contemporains humains, les exorciser, les protéger, les enchanter ou les désenchanter à travers ce qu’on pourrait appeler leur « performance-conjuration ».

Vidéo de la performance à Strasbourg - Vidéo de la performance avec les Percussions de Strasbourg